«

»

Mai 26

Une pluie… de violences !

Je commencerais ce billet par un court hommage à Georges Moustaki. C’est sans aucun doute l’événement qui m’aura marqué le plus cette semaine. Mais je préfère en parler sur mon blog consacré à la musique et sur lequel je l’ avais déjà évoqué en parlant de mes années lycée.

GMoustaki

Je reviens sur la violence puisque malheureusement l’actualité quotidienne nous rappelle sans cesse son existence. Il y a moins d’un mois, c’était les bombes actionnées lors de l’arrivée du marathon à Boston. Il y a un peu plus d’une semaine, c’était les événements empêchant la commémoration de la victoire du Paris St Germain. Et il y a à peine 48 heures, l’assassinat barbare de ce soldat anglais. Et puis hier, la tentative d’assassinat d’un soldat français. Des émeutes à Stockholm, pays jusque là montré comme un exemple de démocratie sociale, des manifestations qui dégénèrent au Portugal. Et si on regarde un peu plus loin que l’Europe, on voit bien qu’une partie du monde est à feu et à sang. la Syrie ! et depuis peu le Liban. Des pays africains… la Guinée, le Tchad, le Niger. Oui, hélas, la violence est partout. La loi du plus fort est encore trop souvent la meilleure. Qu’elle soit organisée ou sauvage la violence ne disparaît pas aussi facilement de nos sociétés dites civilisées. Parfois individuelle, parfois collective il est difficile de savoir les raisons exactes de ses déferlements. Ce qui est sur c’est qu’il m’apparaît difficile de penser qu’elle puisse être gratuite même si parfois elle le semble. Ce qui est regrettable, c’est qu’elle est bien trop souvent banalisée. On s’y habitue trop. On ne sait plus trop bien quand elle est réelle et quand elle n’est que fictive, virtuelle. L’humanité a certes fait beaucoup de progrès dans la santé mais parallèlement elle n’a cessé de développer des armes de plus en plus destructrices. Aussi, tout le monde s’émeut quand un particulier s’en sert pour faire des dizaines de victimes innocentes… mais on continue de les produire et de les perfectionner… et de les vendre plus ou moins légalement.

violenceglob

Un peu de politique, maintenant. Est-ce que parce ce que j’ai remarqué une nouvelle taxe sur ma pension que je suis un peu plus critique envers le gouvernement actuel ? Sans doute, de manière plus ou moins inconsciente. Mais c’est surtout la manière dont les promesses électorales sont bafouées chaque jour un peu plus. Et ne nous dites pas que c’est la réalité qui l’impose. Chaque jour, ou presque, on apprend la mise en examen ou la condamnation d’un élu du PS pour abus de biens sociaux ou malversations. Et pour nous rassurer, le gouvernement annonce qu’il abandonne toutes les idées qui pouvaient ressembler à un combat contre les exagérations de la finance. L’argent n’a plus l’air d’être l’ennemi de Monsieur Hollande, ni du parti socialiste. Ils ont plutôt l’air de bien s’en accommoder. Donc, l’encadrement des hauts salaires des patrons, promis à grands cris il y a encore peu de temps par le premier ministre, aux oubliettes. C’est le Ministre de l’économie qui le dit. Quant à François Hollande il n’hésite pas à applaudir des deux mains les réformes drastiques qu’avait mises en place Shroeder en Allemagne. Il est où l’homme du Bourget ? Sa métamorphose est si complète que même l’UMP le félicite.

 

Ça y est, le Sénat a adopté la loi sur l’Education. Laquelle ? Ah oui, celle de Monsieur Peillon. Il voulait à tout prix mettre son nom, comme ils le font tous. Beaucoup de mots. Un peu d’argent et beaucoup de dépenses supplémentaires. Seront-elles productives, ces dépenses? Personne n’a voulu remarquer que la Cour des Comptes faisait état d’une très mauvaise gestion. Sans doute quelques bonnes choses dans cette énième loi, comme le retour à une formation des maîtres, mais quelle sera cette formation ? Quels seront les objectifs de l’école ? Ce qui me chagrine c’est que tout a été fait assez vite, sans concertations avec les parents ou les enseignants. Pourquoi ce gouvernement n’a-t-il pas provoqué un Grenelle de l’Education. C’est vrai que notre système éducatif ne correspond plus aux besoins de notre nouvelle société. Tout le monde le dit, depuis plus de vingt ans maintenant. Quant se décidera-t-on à s’asseoir calmement autour d’une table avec des spécialistes et des représentants de tous les catégories socio-professionnelles que l’Education concerne. Et puis, si il faut faire une loi, refonder l’école, prenons le temps de le faire. Et qu’elle puisse fixer les cadres d’une politique éducative pendant au moins vingt ans. Quand un Ministre de l’Education aura le courage de provoquer réellement ce Grenelle, là, on pourra espérer déboucher sur quelque chose de concret et applicable sans provoquer trop de remous comme ceux que la mise en place des nouveaux rythmes scolaires (à peine définis et mal expliqués) a suscité. Alors, oui, je suis encore déçu dans ce domaine. J’ai eu  le tort de croire que la gauche pouvait apporter le changement.

politicglob

 

Mais si la gauche me déçoit (temporairement j’espère…), la Droite et en particulier mon “ami” Jean François Copé m’horripile toujours autant. Des anti-républicains. Des extrémistes. En république, quand une loi est votée, le débat est terminé. Cela commence à bien faire leurs manifestations. Cela devient même dangereux et inconscient. C’est indigne d’un président de parti… mais bien sûr, ce n’est pas étonnant de la part de cet individu.

A propos de cette loi au sujet de laquelle j’avais émis quelques doutes au début du débat. Je n’appréciais pas les propos sectaires de certains élus socialistes… j’étais assez réticent sur les conséquences qu’une telle loi pouvait avoir en ce qui concerne l’adoption. Et bien les anti-mariage, par leurs outrances verbales et physiques m’ont conforté dans ce que je ne pensais que du bout des lèvres. Oui, c’est une bonne loi dans la mesure où elle va permettre à de nombreuses personnes de régulariser leur situation et d’avoir les mêmes droits que tout à chacun. Et sincèrement, elle ne nous enlève rien, à nous, personnes mariées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>